" Soyez Passants " - Evangile selon Saint Thomas

Bienvenue ô Passant ! Ce site est né d'une initiative personnelle. Son fondateur n'endosse de responsabilité que de lui-même.


9/13/2009

Comment transformer n’importe quelle pensée ou action en catastrophe ? 1ére Partie


Extrait d'un article publié dans le Grapevine (le journal des Alcoolique Anonymes américains) en May 1976 d'un merveilleux anonyme qui signe K.N. Ohio.

"

Quand je buvais le monde m’apparaissait toujours légèrement dans le brouillard. Toute situation nouvelle me semblait encore plus effrayante, tout nouveau défi plus formidable qu’il ne l’était réellement. Bref, j’avais perfectionné l’art de la pensée négative et cette tendance quoiqu’amoindrie n’a pas disparu immédiatement dans la sobriété.


La pensée négative, (au cas où vous n’auriez pas maitrisé complètement cette compétence) comporte 4 éléments vitaux :

  • l’inquiétude,
  • la capacité à prévoir les résultats,
  • dresser des plannings alternatifs
  • l’immobilité.

Ce qui suit est une description détaillée de chaque compétence et un guide pour l’acquérir.

L’inquiétude

Comme tout ce qui vaut le coup d’être bien fait, l’inquiétude demande du temps, de l’aptitude, de l’effort et par-dessus tout, de l’organisation.

Je trouve que la pensée négative est plus facile lorsque je décompose l’inquiétude en 3 catégories mutuellement exclusives : l’inquiétude pour aujourd’hui, à court terme et à long-terme

L’inquiétude immédiate(d'aujourd’hui jusque dans une semaine) peut couvrir les situations de la vie courante comme : « Et si la voiture ne démarrait pas demain ? ». Elle inclut aussi des éventualités financières : « La facture de téléphone arrive dans 2 jours. A combien se montera t’elle ? Pourrai-je la payer? »

Les motifs d’inquiétude les plus efficaces sont cependant les situations de travail : “Et si, demain, mon patron me demandait de … ?” . Le revers de cette médaille est : « Et si le patron ne me fait pas confiance et demande plutôt à quelqu’un d’autre de le faire ? »

Les sujets d’inquiétude à court-terme (8 jours à 1 an) peuvent être assez larges pour couvrir tous les évènements terribles qui peuvent arriver en l’espace d’un an. Puisque l’horizon de temps est si proche du présent, les motifs de soucis doivent être liés à des évènements d’aujourd’hui ; cela doit être plausible.

Par exemple, si le patron a l’air bourru ce matin alors que je sais bien que je fais du bon boulot, je ne serai probablement pas viré aujourd’hui. Mais dans six mois, si ma boîte rencontre des problèmes financiers… .

Pour les relations sociales, ceci est certainement le meilleur choix parce que nous pouvons prévoir l’éventualité d’un rejet en anticipant sur certaines situations. Voici un scénario : Mon ami X et moi allons à une fête Vendredi prochain ; je ne connais pas la plupart des gens qui y seront ; je serai donc maladroit et je ferai pas mal de gaffes ; mon ami X sera embarrassé ; fin de notre amitié.

L’inquiétude pour le long terme(un an jusqu’à l’éternité) est facile lorsque l’on se sent dans une impasse. « Où serai-je dans 5 ans si je reste dans cet emploi ? » « Dans 20 ans je serai vieux et laid et donc Machin ne m’aimera plus. »

L’état du pays peut aussi facilement faire partie de cette classe. Le système de retraite se révèle particulièrement utile. « Avec les prévisions de retraite, quand je prendrai la mienne(dans trente six ans) je n’aurai pas de quoi vivre décemment. Alors je devrai vivre dans une chambre de service …, sans électricité et sans eau courante. Mon régime alimentaire consistera bien sur totalement de miettes de pain ».

Avec un peu d’imagination, il est aussi possible d’ouvrir un department à l’international. “ Et s’il y a avait une autre guerre dans vingt ans et que les armes nucléaires soient alors encore plus sophistiquées?”

L’avantage d’une approche systématique aux soucis c’est que cela permet d’éviter l’ennui. Si je restais concentré uniquement sur les soucis immédiats, je perdrais rapidement de l’intérêt. Mais la diversité garde mon esprit en éveil et exclut un des antidotes les plus formidables à la pensée négative – le sommeil profond.

Je peux par exemple choisir chaque nuit une combinaison différente. Deux soucis immédiats, un court-terme et un long terme ce soir. Un immédiat, un court-terme et un long terme pour demain . Les possibilités sont infinies.

"

La pensée négative accompagne toujours si bien la dépendance. En fait, elle lui donne ses lettres de noblesse , sa raison d'être en quelque sorte aussi. Ici c'est un alcoolique qui parle mais je pense que les autres se reconnaitront aussi.

Je me suis tellement reconnu dans cet article que j'ai décidé de le traduire en entier. Par ailleurs, il a cet humour dont je vois que vous l'appréciez (merci pour les commentaires sur mon dernier post) autant que moi...

... donc...

La suite au prochain post.

Enjoy,

Un PaSSant anonYme

1 commentaire:

Istive a dit…

MERCI POUR CETTE TRADUCTION FORMIDABLE
J ATTENDS LA SUITE AVEC IMPATIENCE
MALGRE MA SORTIE DE L ALCOOL CE SYSTEME DE PENSEE M EMBETE ENCORE !