" Soyez Passants " - Evangile selon Saint Thomas

Bienvenue ô Passant ! Ce site est né d'une initiative personnelle. Son fondateur n'endosse de responsabilité que de lui-même.


7/02/2008

Comment accepter les autres ?

Je vous livre le texte ci-dessous que j'aime fort.

Je le mèdite en remplaçant "les autres" par qui compte dans la vie, femme/homme, enfant(s), famille, amis. Moi cela me réveille bien moi quand je me mets à m'installer mollement avec ces gens que j'aime et que je crois connaître. Et je me rends compte que quand je pense que je les connais j'efface leur mystère et leur liberté d'être - j'essaie de les possèder en quelque sorte (cette sensation de pouvoir , de possession pointe le retour possible de la dépendance).

Je vous laisse avec le texte - bonne lecture :
"
Pour accepter les autres, il ne faut pas forcément les accepter comme ils sont, comme ils se montrent à nous avec leurs qualités et leurs défauts. Accepter les autres, c'est accepter qu'ils aient un mystère qu'on ne connaît pas et un avenir qui pourra les transformer. Les accepter, c'est donc un acte de foi et un acte d'espérance. Et c'est en ce sens que c'est un acte d'amour, parce que l'amour englobe la foi et l'espérance. Accepter l'autre, c'est donc d'abord un acte de foi. On croit souvent que la foi, c'est ce qui rend visible et évident ce qui est invisible et insaisissable (Dieu par exemple). Je suis tenté de dire exactement le contraire. La foi, c'est un regard sur le monde qui rend mystérieux ce qui paraît évident et compréhensible. Et l'amour, parce qu'il est une forme de foi, c'est un regard qui rend inconnaissable et mystérieux celui que nous pensons bien connaître. Oui, pour l'amour, le prochain devient insaisissable. Il devient inconnu, il devient énigme. Et c'est pourquoi nous pouvons l'accepter. Accepter l'autre nous interdit non seulement de le juger mais aussi de le connaître parce qu'il est et doit rester un mystère. Aimer quelqu'un, c'est être attiré et aimanté par son mystère. Et accepter quelqu'un, c'est respecter son mystère.

...
...accepter l'autre, c'est un acte de foi dans son mystère, mais c'est aussi une forme d'espérance. Accepter son prochain, c'est espérer à l'encontre de ce qui est visible, à l'encontre des évidences, a contrario de tout ce que nous pouvons voir et savoir sur lui. Accepter son prochain, son frère, son fils, son époux, c'est espérer à sa place lorsqu'il tombe en déchéance. C'est lui dire : je te le promets, tu ne t'écrouleras pas, tu ressusciteras. Accepter l'autre, c'est donc un acte de foi, d'espérance et d'amour.
....
Camus disait : « S'il me faut choisir entre ma mère et la justice, je choisirai ma mère ». De même j'ose dire : s'il faut choisir entre la foi et l'amour, entre l'espérance et l'amour, je dois choisir l'amour.
...
Accepter les autres, c'est accepter de prendre le risque de se perdre et de souiller, pour s'approcher d'eux.
"

(copyright : Alain Houziaux)
Bonnes 24 heures,

Un PaSsant anonYme

2 commentaires:

Bruno a dit…

Il est magnifique ce texte de Houziaux. Une invitation à toujours garder espoir. Je mets cela de coté. ;-)
J'aime venir sur ton blog retrouver de quoi conserver une certaine paix d'esprit.

Bonnes 24 heures à toi.

Un PaSsant AnonYme a dit…

Bonjour Bruno et merci d'être passé chez moi